Wallbox pour Ford e-Transit : quelle borne de recharge ? Quel coût ?

Les entreprises qui envisagent de réduire leur empreinte carbone ont désormais la possibilité de convertir leurs flottes automobiles avec des véhicules plus propres. Le marché regorge d’utilitaires 100% électriques résolument fiables et polyvalents à l’instar du Ford e-Transit qui arrive en Europe en 2022. Le VU brille pour les performances de son moteur et de sa batterie électrique qui tolère les recharges en courant alternatif ou en courant continu.

Ford e-Transit : plusieurs versions au programme

En réponse à l’offensive électrique menée par ses concurrents, Ford investit également le marché des VU à watts en proposant son premier modèle. Disponible à la commercialisation à partir de 2022 en Europe, l’e-Transit existe en cinq configurations de carrosseries qui affichent un volume utile de 9,5 à 15,1 m3. Parmi les versions disponibles figure le Ford Transit 2T offrant un PTAC de 3,5 à 4,5 tonnes, deux hauteurs (H2 et H3) et trois longueurs (L2, L3 et L4). La version cabine approfondie révèle un PTAC de 3,9 à 4,25 tonnes et se décline en deux hauteurs (H2 et H3) et en une seule longueur L3. Quant au Ford e-Transit châssis simple cabine, il propose un PTAC de 3,5 à 4,25 tonnes et deux longueurs L3 et L4.

Jouant la carte de l’innovation, l’utilitaire présente plusieurs technologies exclusives et très utiles aux professionnels tels que le Pro Power Onboard qui sert à l’alimentation électrique des outils de travail comme les ordinateurs, les perceuses ou les scies.

Une autonomie élevée pour le fourgon américain

Le Ford e-Transit se révèle comme l’un des véhicules utilitaires les plus puissants du marché. Il est équipé d’un électromoteur de 198 kW/269 ch et 430 Nm de couple. En face, ses concurrents comme le Peugeot e-Boxer ne propose qu’une puissance de 90 kW/122 ch et 260 Nm de couple. Même son rival le plus sérieux comme le Mercedes eSprinter n’est pas en mesure de faire mieux avec son bloc asynchrone de 85 kW/116 ch et 295 Nm de couple. La suspension arrière inédite de l’e-Transit mérite également toutes les attentions et a été conçue pour améliorer la performance du véhicule et maximiser sa capacité de chargement.

Ne se contentant pas d’offrir un électromoteur puissant, le Ford e-Transit a aussi droit à une batterie de 67 kWh de capacité énergétique qui porte l’autonomie à 350 km en cycle WLTP. Pour l’heure, seul le Fiat e-Ducato est capable de battre l’utilitaire américain en affichant une autonomie de 370 km. Le reste des utilitaires reste sur des valeurs moyennes de 200 à 300 km. Le bloc-batterie a été équipé d’une technologie de refroidissement capable de supporter les environnements les plus extrêmes. L’e-Transit a d’ailleurs subi des tests au cours desquels le constructeur a recréé les conditions climatiques de la Sibérie au Sahara. L’essai a prouvé que le véhicule fonctionne à -35°C et à +40°C.

Choisir une borne de recharge pour le Ford e-Transit

En courant alternatif AC, le chargeur embarqué tolère une charge maximale de 11,3 kW de puissance, ce qui permet aux utilisateurs de faire une recharge complète en l’espace de 8 heures. Les entreprises peuvent investir dans des bornes de recharge à puissance réglable de 3,7 à 22 kW (AC) pour augmenter ou réduire l’intensité du courant électrique en fonction des besoins. Pour optimiser la productivité, il est également conseillé de s’orienter vers les infrastructures équipées de plusieurs connecteurs pour permettre à plusieurs véhicules de se recharger simultanément. Les lecteurs de cartes RFID qui donnent accès uniquement aux porteurs de badges font aussi partie des fonctionnalités à privilégier. Certaines marques comme EVBox disposent de bornes avec répartition intelligente et dynamique de la charge. Il est également recommandé de favoriser les modèles munis d’un détecteur de fuites de courant ainsi que des indices de protection IK et IP.

Concernant la recharge rapide, le Ford e-Transit tolère jusqu’à 115 kW pour passer de 15 à 80% de niveau de charge en 30 minutes. Sur ce point, il se montre plus performant que ses concurrents. Le Fiat e-Ducato par exemple se limite à 50 kW et le Mercedes eSprinter à 80 kW.

Le budget pour recharger le Ford e-Transit

Selon une simulation réalisée par le magazine spécialisé dans les véhicules électriques Automobile propre, la recharge de 10 à 80% du Ford e-Transit engendre une dépense de 8,13 € selon le tarif de base d’EDF. En heures pleines EDF, ce coût est 9,22 € contre 6,89 € en tarifs heures creuses.

En passant par les stations de recharge rapides, les entreprises devront prévoir des coûts plus élevés. Au sein du réseau Corridor, la session est tarifée à 1 €/charge et 0,45 kWh €/kWh. Chez Total, les prix varient de 0,40 à 0,65€/min. Au sein du réseau Ionity, un utilisateur paiera 0,79 €/min s’il ne dispose pas d’abonnement. Par contre, s’il possède un forfait, le coût baisse à 0,30 €/min.