Borne de recharge avec ou sans puce RFID : avantages et inconvénients

Les bornes de recharge pour véhicules électriques ont connu des évolutions notables ces dernières années. Elles s’équipent désormais d’une multitude de fonctionnalités destinées à sécuriser la recharge et l’infrastructure. Parmi les technologies utilisées figure la puce RFID qui permet de donner accès à la borne et d’identifier les utilisateurs. Cette solution présente plusieurs avantages, mais aussi quelques inconvénients qu’il convient de prendre en considération avant d’envisager l’installation.

Comment fonctionne la recharge d’une voiture électrique ?

La borne de recharge pour véhicules électriques ou hybrides rechargeables a été conçue pour lever les contraintes liées à l’utilisation de ces voitures propres. Son rôle est d’alimenter l’auto afin que celle-ci puisse récupérer l’autonomie perdue en cours de route. L’infrastructure est composée d’un module de contrôle, d’un compteur électrique, d’un socle de prise et éventuellement d’un lecteur de badge RFID. Une fois que la borne est mise en marche, elle envoie de l’énergie au chargeur embarqué du véhicule. Ce transformateur s’occupe ensuite de transférer l’électricité reçue vers la batterie afin qu’elle alimente les différents composants tels que l’électromoteur.

Chaque borne de recharge va se différencier surtout par la puissance émise en courant alternatif ou en courant continu. Certaines vont proposer une recharge standard ou normale en délivrant une puissance de 3,7 kW, 7 kW ou 11 kW. D’autres déploient une recharge accélérée grâce à une recharge de 22 kW. Les bornes les plus performantes quant à elles fonctionnent en courant continu et peuvent émettre entre 50 kW à 350 kW. Qu’importe la puissance, l’infrastructure prendra toujours la forme d’une borne en coffret mural, sur pied ou intégrée dans un mobilier urbain comme un éclairage public ou un horodateur.

Pour des raisons de sécurité, recourir à une charge intelligente est incontournable et s’il est question de facturer la charge, il est nécessaire d’utiliser un dispositif d’identification et de paiement avec support RFID.

La technologie RFID

Le RFID est un produit utilisé au quotidien : sur les étiquettes anti-vol, les cartes de transport, les badges RFID, les clés sans contact pour voiture ou encore les badges de sécurité. Cette technologie permet de stocker et récupérer des données à distance. Elle trouve principalement son application dans l’identification des personnes, le contrôle d’accès, le paiement sans contact ou les cartes de fidélité lorsqu’elle prend la forme d’un badge ou d’une carte. Sous forme d’étiquettes, elle sert à l’identification des biens, le stockage et l’inventaire, la traçabilité ou la lutte contre les contrefaçons. Il existe même des puces RFID sous-cutanées qui permettent l’identification des animaux.

Lorsqu’une borne de recharge est équipée de ce système, elle intègre une étiquette radio constituée d’une antenne ainsi que d’une puce électrique qui capte le signal radio délivré par un lecteur RFID. La fréquence permet d’établir la communication entre l’antenne et la puce. Sa puissance détermine la distance de lecture. Les puces RFID à basse fréquence autorisent une distance de lecteur de 0,5 mètre tandis que celle à haute fréquence fonctionne sur 1 mètre. Quant aux puces à haute fréquence, la lecture s’active dès 3 à 6 mètres d’intervalle.

La borne de recharge avec ou sans puce RFID : les points forts

Les bornes de recharge avec puce RFID sont indispensables lorsque l’infrastructure est installée à l’extérieur d’un espace protégé. La technologie RFID permet de réserver leur usage exclusivement aux utilisateurs autorisés. Seuls ces derniers pourront déverrouiller le système pour recharger leur véhicule électrique. Ces bornes avec puce RFID sont utiles dans les parkings ouverts ou publics. Les particuliers peuvent y avoir recours lorsqu’ils ne disposent pas de garages ou box privatifs. Les entreprises trouveront également leur compte pour protéger l’accès de leurs infrastructures.

Grâce à la technologie RFID, les propriétaires évitent une dégradation prématurée des points de recharge dus à un usage abusif par d’autres utilisateurs non autorisés. Ils échappent aussi à une forte augmentation de la consommation électrique et par conséquent, de la facture énergétique.

La puce RFID permet d’identifier clairement les utilisateurs et de garder la traçabilité sur l’usage. Cela s’avère très pratique notamment dans les entreprises qui utilisent des flottes et qui doivent suivre l’utilisation des bornes.

Les limites de la borne de recharge avec ou sans puce RFID

La technologie RFID est une fonctionnalité proposée à part sur les bornes de recharge, ce qui implique un léger surcoût par rapport aux équipements qui en sont dépourvus. Les utilisateurs doivent se tenir prêts à réaliser un investissement plus conséquent. Par ailleurs, le lecteur RFID ne fonctionne pas forcément avec tous les pass de recharge. Chaque opérateur de mobilité proposant des bornes publiques dispose de leur propre carte. Cela représente un inconvénient pour les utilisateurs qui doivent avoir plusieurs badges différents sur eux pour avoir accès à toutes les stations de recharge. Comme solution, certains opérateurs ont créé des cartes RFID qui fonctionnent sur différents réseaux et permettent ainsi à l’électromobiliste de rouler à l’extérieur de son département ou de sa ville.