Prise de recharge CHAdeMO : qu’est-ce que c’est ?

Selon les fabricants, les véhicules électriques embarquent différentes technologies et différents standards. En constante recherche de performance, les constructeurs automobiles tendent à proposer des technologies plus innovantes pour améliorer l’expérience des utilisateurs et c’est notamment le cas avec la recharge rapide via la prise CHAdeMO. Standard de recharge rendant possible le ravitaillement en électricité jusqu’à 400 kW, la prise CHAdeMO a été conçue pour les véhicules électriques made in Japon. Son origine ne l’a cependant pas empêché de se développer sur le vieux continent où toutes les bornes de recharge publiques ou presque proposent une prise CHAdeMO.

La prise CHAdeMO : qu’est ce que c’est ?

Pour susciter l’intérêt des consommateurs envers les véhicules sans émission de CO2, les constructeurs automobiles n’ont de cesse de trouver des moyens pour améliorer la disponibilité de véhicules. En effet, le temps de recharge a été l’un des principaux arguments en défaveur du véhicule électrique, il y a encore quelques années. Aujourd’hui, cet argument semble ne plus être valable compte tenu des nombreuses solutions de recharge rapide ou ultra rapide mises au point par les fabricants, notamment la Superchargeur Tesla, le standard européen Combo CCS et le standard CHAdeMO. Abréviation de « Charge and Move » en anglais, le standard CHAdeMO a été conçu par les industriels nippons dans le but de proposer une solution de recharge rapide, tout en réduisant le coût de fabrication des voitures électriques. Ainsi, ils ont été capables de proposer des véhicules performants avec un rapport qualité-prix intéressant. Ce sont notamment les constructeurs Mitsubishi, Nissan, Subaru, et Toyota.

Concrètement, la prise CHAdeMO autorise une charge directe en courant continu à condition que la voiture soit compatible. Dans ce cas, la puissance de charge obtenue est susceptible d’atteindre les 400 kW. Actuellement, une telle puissance de charge n’est pas encore acceptée par les bornes de recharge de véhicules électriques en Europe. Des adapteurs de limitation de puissance sont donc installés afin de réduire la charge à 50, 100 ou 150 kW. D’ailleurs, aucun véhicule électrique vendu sur le marché n’est capable de supporter une puissance de charge 400 kW. Le chargeur embarqué le plus puissant connu à ce jour est de 270 kW et il ne s’agit pas d’un modèle japonais.

Quelles sont les particularités de la prise CHAdeMO ?

En Europe, il existe deux principaux standards en matière de recharge rapide : la prise CCS et la prise CHAdeMO. La différence majeure entre la CCS et la CHAdeMO est que cette dernière héberge directement le chargeur, ce qui signifie que les véhicules compatibles issus des usines japonaises ne comportent pas de chargeur embarqué. Néanmoins, pour suivre et contrôler les conditions de charge, l’utilisateur devra se référer aux affichages de son écran de bord. Le rôle de la prise CHAdeMO est d’augmenter la puissance de charge jusqu’à 400 kW. Ainsi, si un véhicule électrique est compatible avec cette technologie, son temps de recharge en sera considérablement réduit.

D’autre part, la prise CHAdeMO se distingue aussi par la technologie V2G permettant la recharge bidirectionnelle. Disponible depuis 2019, cette technologie a eu pour effet de réduire significativement la consommation d’énergie par la recharge des véhicules électriques. Grâce à la technologie V2G, il est possible d’installer une source d’alimentation de secours à la maison ou sur un site de bureaux afin de se prémunir des périodes de pointe auprès des bornes publiques. La charge bidirectionnelle permet donc à l’utilisateur d’économiser de l’argent en rechargeant son véhicule à la maison durant les heures creuses, ou en ayant recours à des sources d’énergie renouvelable comme l’énergie solaire ou éolienne.

Quel avenir pour la prise CHAdeMO en France ?

Développé en 2005, le concept de chargeur rapide associé au CHAdeMO a été commercialisé pour la première fois en 2009. Le standard n’a cependant reçu de certification en Europe qu’en 2014 par la norme CEI 61851-23 et la norme EN. Selon le site web de l’association japonaise CHAdeMO, environ 25% des véhicules électriques en circulation en Europe acceptent la recharge via le connecteur CHAdeMO, ce qui représente environ 1 million de véhicules en circulation sur le continent. En ce qui concerne la France, de nombreuses entreprises ont fait le choix des utilitaires électriques Nissan en raison de leur rapport encombrement/volume de charge intéressant. Le standard CHAdeMO présente donc un enjeu de taille dans le développement de l’électromobilité sur le territoire. Néanmoins, depuis mai 2021, les stations de recharge de véhicules électriques ne sont plus obligées de proposer une prise CHAdeMO.

D’après le gouvernement, il s’agirait d’un moyen de modérer les coûts d’installation des infrastructures afin de développer plus rapidement la recharge rapide dans l’hexagone. Si les stations de recharge sont libres de fournir ou non une prise de recharge CHAdeMO, nombre d’opérateurs ont déjà exprimé leur souhait de profiter de cette occasion pour réduire leurs coûts et étendre leur réseau comme c’est le cas d’Ionity. À terme, le décret sur la fin de l’obligation de prise CHAdeMO pourrait avoir pour effet de supprimer définitivement ces chargeurs, car en cas de panne, les opérateurs de recharge ne trouveront plus aucun intérêt à effectuer des réparations.