Borne de recharge reconditionnée d’occasion : bonne ou mauvaise idée ?

L’achat d’une borne de recharge représente un investissement conséquent qui n’est pas forcément accessible à tous les budgets. Les utilisateurs réfléchissent alors à tous les moyens pour réduire le coût. Une piste à exploiter consiste à choisir les modèles reconditionnés ou d’occasion. L’avantage est d’accéder à des prix plus attractifs par rapport à l’achat de matériels neufs. Néanmoins, il convient de prendre certaines mesures pour éviter de se retrouver avec un produit défaillant.

Le reconditionnement : de quoi parle-t-on ?

Une borne de recharge reconditionnée correspond à un produit à mi-chemin entre le neuf et l’occasion. Il s’agit d’un équipement qui est déjà passé par les mains d’un autre utilisateur et qui a été retourné par celui-ci. Les bornes de recharge reconditionnées sont donc des modèles d’occasion, mais qui ont été remis à neuf en usine par le fabricant. Les raisons du retournement du produit par le premier utilisateur peuvent être dues à un défaut comme des problèmes de boutons, des rayures ou des dommages sur l’appareil. L’entreprise s’occupe de remplacer tous les composants défaillants et se charge de restaurer le matériel dans le respect des normes de production. La restauration n’est pas obligatoirement opérée en usine par le fabricant, mais peut être réalisée par un technicien du magasin.

Dans tous les cas, il est important de connaître les différents types de reconditionnement. Cette expression commerciale est par exemple évoquée lorsque l’emballage présente des défauts, ce qui entraîne une baisse des prix de la borne de recharge. Un équipement peut aussi avoir subi des défauts de construction et a été réparé et commercialisé comme un produit reconditionné. Par ailleurs, beaucoup de matériels retournés par le client au magasin sont également catégorisés comme étant « reconditionnés » parce qu’ils ne leur conviennent pas.

Un autre point clé à savoir est que les produits de seconde vie répondent à plusieurs grades. Lorsqu’ils sont dits « premium », la remise en état et les tests sont pris en charge par des spécialistes et aucune trace d’utilisation n’est visible sur le matériel. Une borne en « très bon état » a été réparée et testée par des professionnelles et peut présenter d’éventuelles micro-rayures ou de petites marques d’usure. Lorsqu’elle est dite « en bon état », cela signifie qu’en dépit du reconditionnement, elle peut révéler des éraflures ou des rayures.

Différence entre borne reconditionnée et d’occasion

Avant d’envisager l’acquisition d’une borne de recharge de seconde vie, l’utilisateur a intérêt à distinguer un produit « reconditionné » et « d’occasion ». Une borne d’occasion a déjà été utilisée par une autre personne. Elle a été déballée et a pu être utilisée pendant quelques jours, quelques mois voire quelques années. Il s’agit d’un produit usagé qui est revendu en état. Cela signifie qu’il n’a pas bénéficié d’une remise à neuf et n’est pas passé par un protocole de test.

En revanche, un produit reconditionné a été remis en état et a été préparé pour la revente dans l’optique de rétablir sa bonne condition. Une fois la commercialisation lancée, l’expression « reconditionnée » doit être clairement indiquée. D’ailleurs, un projet de décret a été notifié par la Commission européenne pour lever le voile sur la notion de reconditionnement. Cette mesure a été mise en place afin de protéger le consommateur face à la vogue de cette pratique. Un professionnel ne peut vendre un produit reconditionné sans que celui-ci ait subi les tests nécessaires pour s’assurer qu’il fonctionne correctement et qu’il est exempté de problèmes de sécurité.

Les garanties d’une borne de recharge reconditionnée

La particularité des bornes de recharge reconditionnées et plus largement des produits estampillés de cette expression est qu’il existe des garanties légales qui sont associées. En premier lieu figure la garantie de conformité d’une durée de deux ans et applicable aussi sur les modèles neufs ou d’occasion. Le rôle de cette garantie est de couvrir les dysfonctionnements, les pannes et le caractère limité des performances. Ainsi, si le produit n’est pas conforme à l’annonce du vendeur, il est possible de faire jouer cette garantie. Cette dernière prend en charge le remplacement ou la réparation des défectuosités. Un remboursement est également prévu si l’équipement ne peut faire l’objet d’un remplacement ou d’une réparation.

Beaucoup de fabricants proposent également une garantie de vices cachés pendant deux ans. Il est possible de l’activer si l’utilisateur a décelé un vice présent avant l’achat de sa borne de recharge. Comme il n’est pas toujours aisé de présenter une telle preuve, il convient de vérifier minutieusement le produit avant d’en faire acquisition. Lorsque le vice caché a été attesté, une baisse du prix initial de l’équipement est appliquée si l’utilisateur désire le garder ou un remboursement est opéré par le vendeur contre la restitution de la borne.

Borne de recharge reconditionnée : oui ou non ?

Pour résumer, l’utilisation d’une borne de recharge de seconde vie est intéressante si elle répond à la règlementation autour du « reconditionnement » et si elle est associée à plusieurs garanties. Par contre, il est préférable de ne pas se lancer dans l’acquisition d’un modèle d’occasion acquis auprès d’un particulier et exempt de toutes formes de garanties.