Prolongateur d’autonomie pour véhicule électrique : qu’est-ce que c’est ?

La batterie représente le talon d’Achille des voitures électriques. Onéreuse à fabriquer, elle est encombrante, lourde, stocke assez peu d’énergie sans compter la durée de la recharge qui s’éternise. Toutes ces contraintes ont un impact néfaste sur l’essor des voitures électriques. Afin d’y pallier, les constructeurs ont imaginé une solution innovante pour que l’autonomie ne devienne plus une problématique. Avec le prolongateur d’autonomie, il est possible de rouler plus longtemps avec sa voiture électrique sans avoir besoin de recharger. Explications.

Prolongateur d’autonomie pour véhicule électrique : de quoi parle-t-on ?

Un des freins à l’achat d’une voiture électrique porte sur l’autonomie. Bien que les modèles actuels puissent rouler jusqu’à 500 km en une seule charge et qu’en moyenne, un Français parcourt seulement 25 km par jour selon une étude du Ministère du Développement Durable, la crainte de tomber en panne reste psychologique. Les constructeurs automobiles prennent en considération ce phénomène, c’est pourquoi ils ont créé des dispositifs destinés à optimiser l’autonomie des voitures électriques. Parmi eux figure le prolongateur d’autonomie qui, comme son titre l’annonce, permet au véhicule de rouler plus loin sans avoir besoin de recharger.

Cette technologie a fait son apparition suite aux appréhensions des automobilistes préoccupés par l’autonomie de leur voiture. Elle se décline essentiellement en deux types : le prolongateur thermique et le prolongateur électrique. Le dispositif se présente sous la forme d’une remorque à tracter ou d’un moteur additionnel greffé au moteur électrique. Grâce à lui, les voitures branchées peuvent rivaliser avec les automobiles thermiques qui ne connaissent pas de problèmes d’autonomie. En équipant leur véhicule d’un prolongateur, les constructeurs garantissent de plus longs trajets aux automobilistes qui n’ont plus à s’inquiéter systématiquement de trouver une borne de recharge pour récupérer l’énergie de leur batterie. Ils peuvent conduire plus loin et de façon prolongée tout en ayant l’esprit tranquille. Le prolongateur d’autonomie impulse dans ce contexte une petite révolution sur le segment des autos électrifiées.

Mode de fonctionnement du Range extender

Connu également sous le nom de Ranger Extender, le prolongateur d’autonomie se présente sous deux aspects différents. Un des plus courants et des plus pratiques est le moteur additionnel qui fonctionne avec du carburant à énergie fossile et qui est fixé à proximité du bloc électrique. Comme ce petit moteur fonctionne à l’essence, on a tendance à croire qu’il s’agit d’un système d’hybridation. En vérité, ce n’est pas du tout le cas, car son rôle n’est pas de substituer à la batterie de la voiture électrique si celle-ci n’a plus d’énergie. Le moteur additionnel est plutôt utilisé pour recharger la batterie afin que celle-ci alimente l’électromoteur.

L’autre forme de Range Extender est une remorque située à l’arrière du véhicule qui comporte une batterie qui peut être utilisée en urgence en cas de panne sèche. Son rôle est ainsi de prendre le relai sur la batterie intégrée dans le véhicule et d’augmenter l’autonomie de celle-ci.

Atouts et limites du Range extender

Le Range extender est nettement plébiscité de nos jours en raison de ses multiples avantages. Son premier point fort est bien évidemment l’augmentation de l’autonomie qu’il offre aux véhicules électriques qui en sont équipés. Ainsi, si ces derniers affichent par exemple 200 km d’autonomie, cette capacité peut augmenter à 250 voire 300 km en fonction des performances du prolongateur choisi. Grâce à cet équipement, les automobilistes échappent aux préoccupations relatives à la recharge. Ils peuvent partir en vacances ou en week-end à bord de leur auto électrique sans avoir peur de tomber en panne au milieu du chemin. Comme quoi, le prolongateur d’autonomie ouvre de nouvelles opportunités sur l’usage de ces voitures propres. Ce dispositif réduit aussi la fréquence d’utilisation des bornes de recharge, ce qui contribue à augmenter la durée de vie de la batterie. À force d’être constamment rechargée, celle-ci finit par perdre de ses performances. Le prolongateur d’autonomie permet quelque part de préserver la batterie.

Par contre, avant d’envisager d’investir dans un tel système, il convient de prendre en considération certains de ses inconvénients. À commencer par le coût de l’appareil qui peut peser sur le budget des utilisateurs. Car son prix n’est pas négligeable et pour connaître le tarif avec plus de précision, demander un devis auprès des fournisseurs sera requis. Par ailleurs, les utilisateurs devront aussi payer l’essence qui permettra l’usage du prolongateur d’autonomie. Certes, la dépense n’est pas colossale mais cela peut représenter une contrainte pour certaines personnes. Enfin, le prolongateur a aussi comme désavantage d’être encombrant et volumineux surtout s’il prend la forme d’une remorque. Cette extension nuit à l’esthétique générale de la voiture sans compter qu’elle n’est pas pratique à transporter.

Quelques exemples de prolongateurs d’autonomie

Quelques constructeurs se sont lancés dans la création de leur propre prolongateur d’autonomie. L’un des plus connus est certainement BMW qui équipe son i3 de cette technologie. Le fabricant a ajouté un moteur thermique à l’électromoteur pour soutenir la batterie en cas de panne imminente. Le petit moteur de moto bicylindre délivre une puissance limitée à 34 ch. Un réservoir de 9 litres a été intégré pour augmenter l’autonomie de la citadine électrique à 150 km environ. Le coût de ce prolongateur est de 400 euros. Néanmoins, il a disparu du catalogue de BMW, car il va à l’encontre du principe « zéro émission » des voitures électriques. En alternative, l’i3 étrenne désormais une batterie beaucoup plus puissante qui lui permet d’offrir une autonomie de 305 km en cycle WLTP et jusqu’à 425 km en ville. De quoi garantir le maximum de confort aux utilisateurs.

Un autre fabricant de prolongateurs d’autonomie bien connu est EP tender qui a équipé la Renault Zoé de ce dispositif. À cause du poids élevé des batteries, la marque a imaginé ce système pour alléger le véhicule. Au départ, elle n’a proposé que des prolongateurs thermiques. Mais aujourd’hui, son catalogue s’étoffe de modèles électriques grâce aux améliorations qui se sont opérées au fil du temps. La solution EP tender se présente sous la forme d’une remorque de 350 kg et promet un gain de 36,5 et 60 kW, ce qui n’est pas négligeable. Ce Range extender a la particularité d’être polyvalent, car il peut servir à la fois de station de stockage, mais aussi de générateur.