Borne de recharge pour syndic de copropriété : conseils, prix et devis

Les véhicules électriques gagnent de plus en plus de terrain en matière de transport en raison de leur caractère écologique. Les restrictions concernant les véhicules thermiques deviennent de plus en plus nombreuses en ville. L’installation d’une borne de recharge pour syndic de propriété peut poser problème dans la mesure où d’autres personnes sont concernées. Comment fonctionne une borne de recharge en copropriété ? Comment l’installer ? Quel est le prix de l’installation pour les copropriétaires ?

Le fonctionnement d’une borne de recharge en copropriété

Si le syndic de copropriété prévoit d’installer une borne de recharge, il a à sa disposition de nombreuses solutions. Il y a d’abord la prise renforcée disposant d’un courant d’intensité élevée par rapport à une prise classique. Cependant, la Wallbox est la meilleure option, car elle propose un niveau de protection élevé. Elle réduit également de moitié le temps de charge. L’installation à choisir dépend en général du budget alloué au projet. Pour éviter les gros investissements, certains relient seulement la borne collective à un local d’alimentation électrique. Il suffit de contacter le fournisseur d’énergie de la copropriété pour la recharge.

Toutefois, cette solution réclame une puissance spécifique dans les espaces communs et il est rare que ces espaces répondent à cette condition. Le syndic procède alors à la création d’une borne qui nécessite l’intervention d’un professionnel. Généralement, les copropriétaires font appel à un nouveau fournisseur d’électricité pour installer la Wallbox. Pour optimiser sa gestion, le choix de la Wallbox est primordial. Un modèle avec un compteur individuel facilite le suivi de la consommation des utilisateurs et aussi la facturation. L’utilisation de badges ou de clés est nécessaire pour faciliter l’accès au compteur et à la Wallbox.

Le coût de la mise en place d’une borne de recharge en copropriété

Le coût de ce type de projet dépend de certains paramètres. Elle dépend en priorité de la puissance de recharge choisie. Le syndic peut choisir entre un courant alternatif de 3,7 kW, 7,4 kW, 11 kW ou 22 kW. Il peut aussi opter, soit pour un réseau triphasé, soit pour un réseau monophasé. Ce choix repose également sur le nombre moyen de kilomètres parcourus par les électromobilistes de la copropriété et du nombre de recharges hebdomadaire. Avec la demande croissante des besoins en matière de bornes de recharge, il existe aujourd’hui des bornes avec une puissance réglable. C’est même le modèle adapté pour une copropriété avec de nombreux utilisateurs.

Compte tenu de ses options spécifiques, ce type de borne de recharge est plus onéreux. La marque est un critère influant sur les tarifs d’installation de borne de recharge. Le syndic a le choix entre les mastodontes des matériels électriques comme Hager, Schneider ou les petites marques connues comme Wallbox, Newmotion ou Crcontrol. Les tarifs de ces dernières sont plus accessibles.
Le syndic doit prévoir entre 1000 à 6500 euros pour l’installation d’une borne de recharge. Ce tarif inclut la main-d’œuvre et dépend du prestataire et des conditions d’installation ainsi que de la mise aux normes du tableau électrique. Une borne avec un lecteur de badge RFID est beaucoup plus optimale pour une installation en copropriété.

Le paiement des travaux et dépenses

Comme l’initiative concernant l’installation vient du syndic, les dépenses sont payées par les copropriétaires. Les travaux d’installation sont précédés d’une réunion de l’assemblée générale pour le choix du type de borne à installer. Cependant, si les copropriétaires ne sont pas parvenus à un accord, le syndic peut faire appel à un opérateur de borne de recharge. Dans ce cas, celui-ci paie tous les frais inhérents à l’installation et les copropriétaires paient un abonnement mensuel pour pouvoir l’utiliser.

Si les travaux sont en revanches payés par l’ensemble des copropriétaires, le suivi de la facturation se fait à partir des sous-compteurs. C’est pourquoi l’utilisation des badges est nécessaire.

Même si le rechargement à partir d’une prise domestique standard est possible, ce n’est pas conseillé en copropriété. Elle met en danger l’ensemble des installations électriques en copropriété.
Si l’assemblée générale n’a pas accepté l’installation d’une borne de recharge commune, l’installation peut venir d’un seul copropriétaire. Si tel est le cas, il assure toutes les dépenses inhérentes à la borne de recharge que ce soit pour son installation ou pour son utilisation. Ce type d’initiative est encadré par le décret ministériel du 2011-873 du 25 juillet 2011. Il invite le copropriétaire à effectuer des travaux pour éviter aux voisins de payer une facture qu’ils n’ont pas consommée.

Les aides disponibles pour l’installation de borne de recharge en copropriété

Comme l’objectif d’installer les 100 000 bornes de recharge n’a pas été réalisé en 2021, les pouvoirs publics encouragent l’installation des bornes de recharge individuelles ou en copropriété en proposant des aides et des primes au syndic. Tout comme une installation dans une maison individuelle, une copropriété profite également de la prime ADVENIR et du crédit d’impôt.

L’installation d’une borne de recharge collective dans un logement collectif a droit à la prime Advenir Infrastructure collective en copropriété. Les frais d’installation sont pris en charge jusqu’à 50 %, mais sous certaines conditions.

S’il s’agit des travaux de raccordement sur un parking intérieur allant jusqu’à 100 places, la limite est à 8000 €. Pour des travaux de voirie et de raccordement sur un parking en extérieur, le plafond est de 3000 €. La prime ne peut dépasser 1600 € pour chaque borne de recharge. Pour profiter de cette aide, il est obligatoire de faire appel à un professionnel labellisé ADVENIR. Il est d’ailleurs important de respecter un cahier de charge. Les copropriétaires peuvent également profiter du crédit d’impôt, cette aide est soumise à une condition. Elle n’est pas éligible pour l’installation d’une prise renforcée. Le crédit d’import peut atteindre jusqu’à 30 % du montant de la dépense et ne peut pas dépasser 300 € par copropriétaires.

L’installation d’une borne de recharge au sein d’une copropriété est importante si des copropriétaires disposent d’un véhicule électrique. Le consentement des autres copropriétaires est primordial pour cette installation, mais en cas de désaccord, le copropriétaire intéressé ou le syndic de copropriété peut procéder à cette installation en respectant certaines conditions quant aux frais d’installation et d’utilisation.