Wallbox pour Renault Megane E-Tech : quelle borne de recharge ? Quel coût ?

Dans le cadre de son plan « Renaulution », la marque aux losanges avance à grands pas dans sa stratégie d’électrification. La Mégane E-Tech s’annonce comme un de ses futurs best-sellers dans la catégorie des véhicules à watts. Plein d’ambitions et de bonnes intentions, le crossover joue la carte de la polyvalence pour séduire le plus grand nombre. Son principal atout repose sur sa capacité de charge élevée qui le démarque définitivement de la concurrence et lui permet de s’adapter aux bornes de recharge AC les plus puissantes.

Megane E-Tech : la grande nouveauté chez Renault

Bien qu’elle reprenne une appellation connue depuis 1995, la Mégane E-tech n’a en vérité rien à voir avec la célèbre berline. L’objectif n’est pas de brouiller le public, mais plutôt de faire écho aux valeurs sûres. Le plus difficile est d’identifier véritablement la catégorie de cette grande nouveauté des losanges. La Mégane E-tech est la combinaison parfaite entre SUV, compacte et coupé. Elle se dévoile dans un design très contemporain inspiré du concept Morphoz de 2019 dont elle emprunte la signature lumineuse et les galbes arrondis. Elle révèle des lignes sportives et aérodynamiques marquées par une pointe d’audace. Sa personnalité est mise en valeur entre autres par ses grandes roues de 20 pouces, ses flancs sculptés, sa ligne de toit plongeante ainsi que par son empattement long.

La révolution se poursuit à l’intérieur avec l’introduction d’une nouvelle dimension d’écrans nommés OpenR et disponibles de série. La dalle en verre qui fait une taille de 12 pouces s’intègre harmonieusement avec les lignes du cockpit. L’interface OpenR Link fonctionne avec l’écosystème Google et se base sur Android OS. Il s’annonce comme le successeur du R-Link pour les prochaines générations de véhicules Renault. Au niveau des équipements, la générosité est au rendez-vous puisque la Mégane s’équipe d’une trentaine d’aides à la conduite allant de l’alerte anti-collision, à l’assistance au maintien de la voie en passant par la caméra 3D 360°ou le stationnement entièrement automatique.

Deux batteries et deux moteurs au choix

La Renault Mégane E-tech s’attaque à des concurrents déjà bien établis à l’instar de la Volkswagen ID.3 et à d’autres compactes électriques comme la Cupra Born ou la Citroën ë-C4. Par contre, elle se révèle plus petite que le Nissan Ariya qui est considéré comme un véritable SUV et qui utilise la même plateforme CMF-EV issue de l’Alliance Renault-Nissan.

La Mégane E-Tech est disponible en deux moteurs ainsi qu’en deux tailles de batterie. L’offre de base s’équipe d’un bloc de 96kW/130 ch ainsi que d’une batterie de 40 kWh qui revendique une autonomie de 300 km. La version haut de gamme privilégie pour sa part un électromoteur de 160 kW/218 ch et un accumulateur de 60 km capable de rouler sur 470 km en une seule charge. D’après les informations communiquées par Renault, le modèle le plus puissant est en mesure de battre le 0 à 100 km/h en 7,4 secondes.

Face à ses concurrents comme le Volkswagen ID.3, la berline typée SUV se révèle plus performante. Le seul avantage de la compacte allemande repose sur sa déclinaison en différentes versions. Le catalogue est composé de l’ID.3 Pure Performance de 110 kW/150 ch, l’ID.3 Pro de 107 kW/140 ch et l’ID.3 Performance de 150 kW/204 ch et l’ID.3 Pro S également doté d’un moteur de 150 kW/204 ch, mais muni d’une plus grande batterie de 77 kWh. L’autonomie quant à elle atteint 544 km et surpasse ainsi celle de la Mégane E-Tech.

Une puissance de charge élevée

La Mégane E-Tech bénéficie de quatre grandes configurations techniques au niveau de la recharge. L’EV40 Standard charge muni de la batterie de 40 kWh et d’un moteur de 96 kW/130 ch s’associe à un chargeur embarqué de 7 kW. L’EV40 Boost charge de la même capacité que la précédente version tolère une charge en courant alternatif (AC) jusqu’à 22 kW et en courant continu (DC) jusqu’à 85 kW. L’EV60 Super Charge se contente d’une puissance de 7 kW en courant alternatif contre 22 kW pour l’EV60 Optimum Charge. En revanche, elles peuvent toutes les deux être branchées sur des bornes rapides de 130 kW. Il est à spécifier que les deux configurations étrennent un accumulateur de 60 kWh et un moteur de 160 kW/ 220 ch.

Vers quelle borne de recharge se tourner pour la Megane E-Tech ?

La Renault Mégane E-Tech est l’un des rares véhicules électriques à tolérer une puissance de charge en courant alternatif (AC) de 22 kW. La plupart des autos vendues sur le marché se contentent au maximum de 11 kW, comme c’est le cas du Volkswagen ID.3.

Ainsi, pour recharger de façon optimale la berline, il est possible de se tourner vers les bornes délivrant 22 kW AC sur réseau triphasé. Il existe aussi actuellement des modèles qui permettent de régler la puissance entre 1,4 kW à 22 kW à l’instar de la Wallbox Copper SB Shutter. Ces unités sont intéressantes dans la mesure où elles s’adaptent aux contraintes de l’automobiliste. Lorsqu’il est pressé et qu’il a besoin de disposer rapidement du maximum d’autonomie, il règle sa borne sur une puissance de 22 kW qui lui permet de gagner 50 km en 20 minutes (version EV60). Par contre, lorsqu’il a du temps devant lui, il peut se brancher à 7,4 kW et attendre une heure pour disposer des 50 km d’autonomie. Modifier l’intensité selon ses besoins aide à faire des économies énergétiques.

Quel est le prix d’installation d’une borne de recharge pour Megane E-Tech ?

Le coût d’une borne de recharge relève d’une diversité de facteurs tels que la marque, la puissance, le mode d’activation, la taille, les protections électriques disponibles, les fonctionnalités avancées, etc. Les tarifs oscillent entre 600 à 2500 euros. À cela s’ajoute le coût de la main-d’œuvre qui dépend de l’installateur sollicité pour l’intervention. Afin d’obtenir les prix les plus bas, il est recommandé de ne jamais négliger les demandes de devis qui facilitent la comparaison des offres. Il est aussi possible de se faire aider par l’État dans la mise en place d’une borne domestique à travers les subventions telles que la prime ADVENIR, la réduction de la TVA à 5,5% ainsi que le crédit d’impôt.